hellopro.fr
23 000 fournisseurs référencés 2,5M de références en ligne 900 devis / jours Réponse sous
La sableuse permet le nettoyage et le décapage de surfaces diverses. Elle est généralement utilisée pour le polissage des surfaces en verre, l’ébavurage des pièces métalliques, le satinage de certaines surfaces, ainsi que la préparation des surfaces à peindre. Cet outil polyvalent convient aussi bien pour les professionnels du BTP que pour les particuliers.
Les applications de la sableuse sont nombreuses et variées. Elle permet par exemple de préparer ou décaper les surfaces avant peinture, mais également d’ébavurer les pièces en métal, de dérouiller une pièce, d’ôter une peinture ancienne, d’embellir les boiseries, de dépolir les surfaces en verre et ainsi obtenir un rendu sablé, de satiner certaines surfaces ou d’y créer des motifs décoratifs.

Quels sont les différents types de sableuses ?

En fonction des dimensions de la surface à traiter, il existe plusieurs types de sableuses, couvrant les besoins du particulier jusqu’à des applications industrielles : 

  • La sableuse à dépression : pouvant être utilisée avec un compresseur d’air de petite taille, elle ne demande qu’un faible débit d’air. Cette sableuse présente l’avantage d’être économique et facile à déplacer. Elle est alimentée par gravité et est idéale pour les travaux de décapage ponctuels comme le sablage des radiateurs en fonte, le nettoyage des meubles en bois, le décapage des portails en fer, ou encore l’habillage en lattes de bois d’une toiture. Son principe de fonctionnement est simple : le flux d’air comprimé fourni par le compresseur attire par effet venturi les granulats d’abrasifs au moyen d’une forte dépression qu’il génère dans la cuve de stockage du sable. Cette technique est fréquemment utilisée pour les petites sableuses à cabines.
  • La sableuse à pression : elle fonctionne grâce à un réservoir hermétique sous pression contenant des granulats. Pour libérer la pression, il suffit d’appuyer sur la détente. Toutes les sableuses pour extérieur utilisent cette technique. Avec un flux d’air de 3000 L/min au minimum, ce type de sableuse est recommandé pour les professionnels qui vont effectuer de grands travaux de décapage. Elle convient particulièrement pour la rénovation de maçonnerie, le dérouillage des surfaces en métal, le ravalement de façades ainsi que d’autres travaux de grande envergure.
  • La sableuse à cabine : il s’agit d’une sableuse d’aérogommage permettant de nettoyer et travailler avec précision la zone à traiter. Sur ce modèle, la sableuse est située dans ce qu’on appelle « une boîte à manches ». Avec un compresseur de capacité moyenne à un minimum de 250 L/min, il s’agit d’une machine d’atelier restant à un poste fixe. Pour l’utiliser, il suffit d’y introduire les petits objets à sabler. Elle est notamment utilisée pour le microbillage professionnel, mais existe également en version pour les particuliers. Elle est aussi idéale pour nettoyer des moules et matrices, dérouiller une pièce, ou encore réaliser une gravure sur verre.
  • La sableuse mobile : comme le modèle précédent, elle existe en machine professionnelle de grande capacité pour réaliser des tâches de récurage de façade ou de décapage de peinture de piscine ; et en sableuse portative, réaliser des sablages de petites ou de grandes surfaces. Cette dernière est idéale pour le particulier souhaitant réaliser ses tâches lui-même sans faire appel à un professionnel.
Sableuse cabine sablage
Sableuse dépression
Sableuse pression

Les différentes sortes d’abrasifs

Dans le passé, l’abrasif utilisé dans le bâtiment pour nettoyer les murs était un mélange de sable et d’eau. L’ajout de l’eau permet en effet de limiter la production de poussières. Dans le domaine automobile, pour tatouer les vitres avec un numéro spécifique, les professionnels utilisaient plutôt un sable très fin, avec un pochoir du motif à reproduire. Cette technique permet de dissuader les voleurs de véhicules. Néanmoins, le sable n’est plus utilisé actuellement en raison de la silice cristalline qu’il contient. Cette dernière peut en effet causer la silicose, une maladie mortelle incurable si elle venait à s’infiltrer dans les poumons. À la place, les spécialistes utilisent d’autres substrats tels que les scories vitrifiées (oxyde d’aluminium), le corindon, les granulats ou microbilles de verre, ou encore la grenaille métallique. Approuvés dans le monde, ces abrasifs ne contiennent que 1 % de silice.

Critères de choix

Le choix de la sableuse adaptée dépend en grande partie de son application, professionnelle ou particulière. À cet effet, il est important de tenir compte compte du volume de la cuve, du type de travaux à effectuer, du résultat recherché, du modèle de compresseur choisi, du pistolet utilisé, du baroscope et de la soupape de sécurité :
Différents types de buses pour sableuses sont proposés sur le marché dont le choix dépend principalement du type de travaux à effectuer, ou du résultat recherché.
  • Le type de buse : deux types de buses existent dont la buse venturi et la buse cylindrique. Toutefois, cette dernière se fait de plus en plus rare en raison de ses rendements insatisfaisants. À la différence de la buse venturi qui est plus pratique, mais aussi plus efficace.
  • La matière : certaines buses sont conçues en céramique (carbure de bore, nitrure de silicium) tandis que d’autres sont en carbure de tungstène. Résistantes et légères, les premières cèdent après 500 à 700 h d’utilisation environ. Robustes, quoique plutôt lourds, les seconds modèles cèdent en général après 300 h d’utilisation.
  • Le diamètre de la buse : plus il est élevé et plus la consommation en air sera importante. Selon les modèles, il varie de 2 à 12 mm. Tout dépend du type de granulat abrasif à projeter. À titre d’exemple, les abrasifs fins nécessitent une buse de 2 à 3 ou 3,5 mm tandis que les abrasifs s’adressant au sablage de grandes surfaces requièrent une buse variant de 4 à 12 mm environ.
  • La puissance de sablage : selon la capacité et la puissance du compresseur. Généralement, la sableuse n’accepte que des pressions de 3 à 8 bars avec un débit de 150 L/min minimum, voire plus de 240 L/min pour un travail en continu.
  • La capacité de la cuve : c’est ce paramètre qui va déterminer l’autonomie de sablage selon la taille de la buse de projection. Une petite cuve de 10 litres est suffisante pour des petits sablages précis et ponctuels. Pour travailler sur des surfaces de grande envergure, il faut prévoir une contenance de 50 à 200 L/min environ.
  • Les accessoires fournis : tels que les tuyaux de raccordement au pistolet de sablage et au compresseur. Pour diffuser des jets plus ou moins larges, la sableuse doit également intégrer des buses de différents diamètres pour le pistolet. Certaines buses sont en céramique tandis que d’autres sont en acier renforcé au carbure de tungstène.
Par ailleurs, il est également possible d’optimiser les performances de la sableuse en l’équipant de consommables classiques ou d’accessoires spécifiques tels que les vannes et détendeurs, les couvercles et grilles tamis, les raccords pour tuyauteries ainsi que les porte-buses.

Les produits sableuses les plus populaires

Voir tous les produits similaires
Arthur MARQUES DE OLIVEIRA
Guide écrit par :
Arthur MARQUES DE OLIVEIRA
Spécialiste industrie chez Hellopro
Ancien responsable de production dans une fonderie, je me suis reconverti il y a quinze ans dans l'automobile. J'écris depuis divers articles sur l'équipement et les services du secteur industriel.