hellopro.fr
23 000 fournisseurs référencés 2,5M de références en ligne 900 devis / jours Réponse sous
Le principal facteur à considérer au moment de choisir un échafaudage est la nature des travaux. Il est par la suite nécessaire de déterminer la classe adéquate, la hauteur de travail, la fréquence d’utilisation et les contraintes relatives à l’environnement de travail. Trouver l’installation qui convient au mieux à votre budget est un défi supplémentaire car le prix d’un échafaudage est très disparate d’un modèle à autre. Il est recommandé de choisir des équipements préfabriqués conformes à la norme NF.
Critères de choix d’un échafaudage
L’usage
La classe d’échafaudage
La hauteur de travail
La fréquence d’utilisation
L’environnement de travail
Le prix

À quoi sert un échafaudage ?

Au même titre que les échelles, escabeaux et plateformes de travail, l’échafaudage sert de matériel d’accès et de travail en hauteur pour les travailleurs amenés à opérer sur des chantiers en altitude. Parfois accompagné d'équipements de manutention comme des poulies d’échafaudage, il permet aussi d’acheminer les outils, matériels et matériaux nécessaires aux interventions, à différents niveaux de la zone de travail.

Cette installation à caractère provisoire est très prisée dans le domaine du bâtiment et des travaux publics pour des travaux de construction, de réparation ou de rénovation. Elle est également utilisée dans le jardinage et l’aménagement paysager.

Elle est déclinée en trois principaux types, notamment :

  • L’échafaudage sur pied ou échafaudage fixe sur des appuis solides au sol dits pieds d’échafaudage adapté aux chantiers de longue durée
  • L’échafaudage suspendu, échafaudage en console ou échafaudage volant sans appuis au sol pour les opérations en très grande hauteur et sur des terrains instables
Un échafaudage peut se fabriquer à partir de divers matériaux comme le bois, l’aluminium ou l’acier. On distingue alors l’échafaudage en bois, l’échafaudage en aluminium et l’échafaudage en acier.

Combien coûte un échafaudage ?

Acheter un échafaudage peut s’avérer indispensable pour répondre à des besoins réguliers en équipements d’accès et de travail en hauteur. La location est davantage appropriée pour satisfaire des besoins ponctuels.

Le coût d'un échafaudage se détermine en fonction de nombreux critères, principalement le type, le matériau et la capacité de charge, plus le lieu et la durée d’utilisation en location. Toutefois, il est plus fréquent que les tarifs soient définis suivant les dimensions de la structure. Comptez entre 150 et 3 000 euros en moyenne pour un achat, et entre 50 et 200 euros par jour pour une location.
Estimation de prix
  • Achat : Entre 150 et 3 000 euros
  • Location : Entre 50 et 200 euros par jour

Quel type d’échafaudage choisir suivant l’usage ?

  • L’échafaudage de pied est à privilégier pour les travaux de grande envergure, de longue durée. Il autorise le levage et la manutention de matériaux particulièrement lourds sur une hauteur importante.
  • L’échafaudage roulant est préconisé sur les chantiers de modeste ampleur et de durée relativement courte. L’échafaudage mobile est aussi adapté aux travaux domestiques et de jardinage.
  • L’échafaudage suspendu convient aux moyens et grands ouvrages sur de grandes hauteurs, dont des travaux de charpente, de couverture, et parfois de façade comme échafaudage façadier.

Comment choisir la classe d’échafaudage adaptée ?

Les échafaudages se décomposent en 6 classifications :

  • La classe 1 avec une charge admissible de 75 kg par m2 pour tous travaux réalisés avec un équipement léger et sans stockage de matériel
  • La classe 2 avec une charge admissible de 150 kg par m2 pour tous travaux d’inspections, de peinture, de ravalement, d’étanchéité sans stockage de matériel
  • La classe 3 avec une charge admissible de 200 kg par m2 pour tous les types de travaux sans stockage de matériel
  • La classe 4 avec une charge admissible de 300 kg par m2 pour tous travaux de briquetage, de bétonnage ou de plâtrage
  • La classe 5 avec une charge admissible de 450 kg par m2 pour tous travaux de briquetage, de bétonnage, de plâtrage et de maçonnerie
  • La classe 6 avec une charge admissible de 600 kg par m2 pour tous travaux de maçonnerie lourde et de charpente avec d’importants stockages de matériaux

Quel échafaudage convient à la fréquence de vos travaux ?

Les échafaudages fixes sont recommandés pour les utilisations intensives. Robustes et résistants, ils répondent parfaitement aux exigences des travaux à caractère extrême. Les petits échafaudages sont idéaux pour les usages ponctuels. Peu encombrants, ils ont l’avantage de se ranger facilement après utilisation. Les échafaudages roulants peuvent aussi convenir car ils se mettent très rapidement en place.

Quelle hauteur choisir pour son échafaudage ?

  • Les travaux à moyenne hauteur nécessitent une hauteur de travail généralement comprise entre 3 et 5 mètres. Les échafaudages de 4 m et échafaudages de 5 m sont alors recommandés.
  • Les plus gros travaux exigent des équipements procurant plus de 5 mètres de hauteur de travail. Certains chantiers peuvent même nécessiter des échafaudages télescopiques (plus de 15 mètres).

Comment choisir son échafaudage suivant l’environnement de travail ?

L’échafaudage fixe garantit une stabilité exceptionnelle, mais exclusivement sur des sols stables. Il est solidement fixé au sol support grâce à ses appuis robustes spécialement conçus pour assurer un ancrage optimal. L’échafaudage sur roues s’utilise uniquement sur des terrains réguliers. Monté sur roues et roulettes comme l’indique son nom, il cède facilement sur des surfaces présentant des dénivelés importants, malgré la présence de stabilisateurs. Exempté d’appuis au sol, l’échafaudage en suspension évite les contraintes existantes sur les zones de travail comme l’instabilité des terrains. Toutefois, il doit être accroché à une structure suffisamment résistante.

Qui peut utiliser, monter, démonter ou modifier un échafaudage ?

L’usage, le montage, le démontage et la modification d’un échafaudage se réservent à des professionnels qualifiés, spécialement formés à cet effet.

Le contenu de la formation à suivre, précisé aux articles R 4141-13 et R 4141-17 du Code du travail, comporte :

  • la compréhension du plan de montage, de démontage ou de transformation d’un échafaudage
  • la sécurité lors de l’installation, la désinstallation et la modification d’un échafaudage
  • les mesures de préventions des risques de chute de personne ou d’objets
  • les mesures de sécurité en cas de changement des conditions météorologiques
  • les conditions en matière d’efforts de structure admissibles
Les conditions de son renouvellement sont prévues par l’article R 4323-3. Cette législation exige à ce que la formation soit renouvelée et complétée aussi souvent que nécessaire, en considérant les évolutions des équipements.

Pour bénéficier de la formation, il faut obligatoirement être âgé de 18 ans minimum et reconnu apte médicalement par un médecin du travail.

Comment assurer la sécurité des travailleurs sur un échafaudage ?

Travailler sur un échafaudage comporte de nombreux risques. Toutes personnes se trouvant à proximité sans y exercer une quelconque activité professionnelle sont aussi exposées aux dangers. Les cas d’accidents les plus récurrents sont dus à :

  • Un renversement ou effondrement de la structure
  • Une perte d’équilibre sur l’installation provisoire
Divers équipements comme les garde-corps et les harnais de sécurité sont indispensables pour protéger les travailleurs d’éventuelles chutes. Les filets de protection et les bâches de chantier se destinent à la même fonction, mais s’utilisent en plus comme systèmes anti-chutes d’objets et de matériaux. Les opérateurs sont également invités à porter les équipements de protection individuelle (EPI) idoines.

Une utilisation efficace et en sécurité d’un échafaudage exige :

  • de garantir un accès et une circulation en sécurité sur la construction
  • de respecter les limites de charges, soit d’éviter toute surcharge
  • de prendre en compte la co-activité sur le chantier
  • de prévenir les situations dangereuses
  • d’interdire les déplacements d’un échafaudage mobile en cours d’utilisation
  • d’empêcher les passages sous un échafaudage
  • de prévoir une distance de sécurité de 3 à 5 mètres des câbles électriques
  • de ne jamais combiner ou mélanger des pièces non compatibles

À quelles règlementations se conformer ?

Réglementations

  • Les articles R 4323-69 à 80 du Code du travail concernant les échafaudages
  • Le décret n° 2004-924 du 1er septembre 2004 sur les travaux temporaires en hauteur
  • L’arrêté du 21 décembre 2004 relatif aux vérifications d’échafaudages
  • Les recommandations CNAMTS (Caisse Nationale d'Assurance Maladie des Travailleurs Salariés) R408 du 10 juin 2004 sur le montage, l’utilisation et le démontage d’échafaudage

Normes

  • NF EN 12810-1 et 2 sur les spécifications des produits et les méthodes particulières de calcul des structures
  • NF EN 12811-1, 2 et 3 sur les exigences de performance, les informations concernant les matériaux ainsi que les essais de charge

Responsabilités du fabricant

  • Convoiter une amélioration continue de l’ergonomie de l’ensemble des composants de l’échafaudage
  • Assurer un colisage sécuritaire pour empêcher que des pièces ne s’échappent accidentellement lors des déplacements
  • Fournir à l’utilisateur tous les éléments permettant une utilisation simple, efficace et en sécurité de l’échafaudage comme les remorques échafaudages pour le transport du matériel
  • Intégrer la notice d’utilisation intégrant les informations essentielles à savoir sur l’échafaudage ainsi que le plan de montage et de démontage dans le colis livré

Les produits échafaudages les plus populaires

Voir tous les produits similaires
Robert TAVERNIER
Guide écrit par :
Robert TAVERNIER
Spécialiste BTP chez Hellopro
Issu d'une formation professionnelle dans le BTP, j'ai débuté en tant que conducteur d'engin de chantier avant de devenir responsable de site et enfin acheteur d'équipement chez Vinci. Aujourd'hui, je partage mes conseils sur le terrassement, la construction et les machines lourdes.