hellopro.fr
23 000 fournisseurs référencés 2,5M de références en ligne 900 devis / jours Réponse sous
Les blocs autonomes d’éclairage de sécurité servent à indiquer les issues d’évacuation en cas d’urgence. Ces signalétiques sont obligatoires dans tous les bâtiments, les établissements recevant du public (ERP) et les locaux professionnels. Elles sont, en général, placées en hauteur pour être bien visibles lorsqu'elles sont allumées.
Estimation de prix
Entre 30 et 250 euros

Combien coûte un bloc autonome d’éclairage de sécurité ?

Le prix d'un bloc autonome d’éclairage de sécurité (BAES) varie entre 30 et 250 euros. Cet équipement facilite l’évacuation en cas d’urgence en indiquant la sortie de secours la plus proche. Sa présence limite les risques de mouvement de panique. 

Recevez des devis pour un bloc autonome d’éclairage de sécurité en utilisant le bouton ci-dessous :

Quelles sont les fonctions d'un bloc autonome d’éclairage de sécurité ?

Un BAES ou bloc autonome d’éclairage de sécurité a 2 fonctions principales :
  • l’éclairage d’évacuation : il guide les personnes se trouvant à l’intérieur, afin qu’elles accèdent facilement à l’extérieur du bâtiment. Pour cela, le dispositif éclaire les couloirs, les sorties et les changements de direction. Il met également en lumière les obstacles.
  • l’éclairage antipanique : ce modèle doit obligatoirement émettre une luminosité uniforme. Son rôle est de donner de la visibilité pour éviter la panique. L’éclairage d’ambiance est installé dans les locaux ou halls pouvant accueillir 100 personnes en étage et 50 personnes au sous-sol.

Quels sont les différents modèles de blocs autonomes d’éclairage de sécurité ?

On distingue plusieurs sortes d’éclairages autonomes de sécurité, selon le fonctionnement et le type de bâtiment où ils sont installés :
  • le bloc autonome d’éclairage de sécurité d’ambiance
  • le modèle conçu pour les résidences, ou Bloc Autonome d’Éclairage de sécurité pour Habitation (BAEH)
  • l’éclairage de sécurité pour les établissements avec chambre à coucher.

Le bloc autonome d’éclairage de sécurité d’ambiance

Le bloc autonome d’éclairage de sécurité d’ambiance a été conçu pour procurer un éclairage d’ambiance au cas où le local est plongé dans le noir. Aussi appelé éclairage antipanique, il est alimenté de façon indépendante. Selon les normes, il doit avoir une autonomie d’une heure environ.
Ce dispositif s’installe dans les locaux pouvant accueillir 100 personnes à l’étage et 50 personnes au sous-sol.

Le bloc autonome de sécurité pour habitation

Le bloc autonome de sécurité pour habitation ou BAEH est conçu pour indiquer la sortie d’urgence à prendre dans un immeuble d’habitation ou une maison de particulier. Cet éclairage de sécurité est placé dans les cages d’escalier et les lieux de circulation. Son autonomie est de 5 heures.
Selon la loi, les BAEH sont placés dans les habitations comportant plusieurs logements. Les établissements recevant du public ne sont pas concernés.

Le bloc bi-fonction pour établissement avec locaux à sommeil

Le bloc bi-fonction pour établissement avec locaux à sommeil combine les caractéristiques du BAES et du BAEH. Cet éclairage de sécurité dispose d’un système autonome de test intégré ou SATI. Il s’agit d’un système qui permet de faire des tests réglementaires automatiquement.
Selon la loi, ce modèle s’installe dans les hôpitaux et les cliniques, dans les crèches, les hôtels et les auberges de jeunesse.

Comment fonctionne un bloc autonome d’éclairage de sécurité ?

Les blocs autonomes d’éclairage de sécurité se déclenchent après une interruption volontaire de l’éclairage normal ou l’ouverture du système de protection générale. À la fin de l'urgence, la personne responsable doit mettre elle-même les BAES à l’état de repos à l'aide d'une télécommande. Cette télécommande est obligatoirement centralisée, selon la réglementation en vigueur. Elle permet de contrôler tous les blocs autonomes d’une installation électrique.

La télécommande est obligatoire, elle doit être disponible peu importe l’établissement ou le nombre de blocs autonomes. Certains modèles intègrent des fonctionnalités supplémentaires : test de continuité et test automatique programmable, vérification de l’allumage sans coupure de la source principale.
Pour les établissements avec locaux de sommeil, la télécommande doit aussi permettre :
  • de paramétrer la mise en repos automatique, en cas d’indisponibilité de l’alimentation principale.
  • de commander l’allumage en cas d’alerte incendie et d'indisponibilité de l’alimentation principale.

Que dit la loi sur l’installation des blocs autonomes d’éclairage de sécurité ?

Les blocs autonomes d’éclairage de sécurité doivent être implantés conformément aux lois. Ils sont mis en place :
  • Dans les escaliers et les espaces de circulations horizontales. Ces espaces de circulations doivent avoir une longueur totale supérieure à 10 m.
  • Dans les salles ayant une superficie supérieure à 100 m².
  • Dans les 2 cas, l’installation peut se faire en hauteur ou au sol. Ils doivent être placés au-dessus de toutes les sorties, et à chaque obstacle. Les changements de direction et les changements de niveau sont aussi concernés. Chaque bloc autonome doit être espacé d’une distance de 15 mètres maximum.

Comment installer le bloc autonome d’éclairage de sécurité ?

Il y a 2 manières d’installer un bloc autonome d’éclairage de sécurité :
  • Le BAES à encastrer : le bloc autonome encastrable s’installe sur un cadre spécifique. Ce cadre maintient l’éclairage en place sur un plafond porteur ou un faux-plafond.
  • Le BAES à poser : le BAES à poser est, comme son nom l’indique, à implanter dans les endroits spécifiques, selon le bâtiment et la réglementation.*
  • Le BAES à suspendre : le boîtier est tenu par des fils qui servent d'éléments de suspension.
La vérification et la maintenance des BAES se font :
  • une fois par mois : cela concerne le test de fonctionnement en cas de défaillance de la source principale d’éclairage, et la bonne marche des lumières et de la télécommande.
  • une fois tous les 6 mois : cela concerne l’autonomie du bloc autonome. Il doit tenir au moins 1h.
Ces vérifications peuvent se faire automatiquement, via le système automatique de test intégré ou SATI.

Comment raccorder un bloc autonome d’éclairage de sécurité ?

L’installation des blocs autonomes d’éclairage de sécurité doit suivre certaines règles. Ces équipements doivent être raccordés de la bonne façon au reste du circuit électrique. Le circuit qui alimente les blocs doit être pris en aval du dispositif de protection, et en amont du dispositif de commande du reste de l’éclairage. Dans le cas où la protection et la commande sont assurées par le même dispositif, les BAES peuvent être alimentés en amont de celui-ci.

Les blocs autonomes d’éclairage de sécurité les plus populaires

Voir tous les produits similaires
Robert TAVERNIER
Guide écrit par :
Robert TAVERNIER
Spécialiste BTP chez Hellopro
Issu d'une formation professionnelle dans le BTP, j'ai débuté en tant que conducteur d'engin de chantier avant de devenir responsable de site et enfin acheteur d'équipement chez Vinci. Aujourd'hui, je partage mes conseils sur le terrassement, la construction et les machines lourdes.